Stockage de CO2

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Pau Droit Public (PDP)

Manifestations scientifiques

4ème édition des Rencontres laboratoires-entreprises de l'UPPA sur le thème "Transition énergétique et chimie, construisons les innovations de demain" en partenariat avec la CCLO et Chemparc.

En savoir plus

Projets / publications

    • Revue Pau Droit Energie, Hors-Série 2017Numéro Spécial Elections Présidentielles

      À quelques jours du premier tour des élections présidentielles, la Revue Pau Droit Énergie propose de survoler les principales propositions des candidats à la présidence en matière énergétique et environnementale.

      Lire la suite

    • Revue Pau Droit Energie, juin 2017, n°3

      Ce nouveau numéro a vocation à mettre en lumière l'une des préoccupations actuelles majeures : le déploiement des énergies renouvelables.

      Lire la suite

    • Revue Pau Droit Energie, Juillet-Août 2017

      La revue est accessible au format PDF

      Lire la suite

    • Revue Pau Droit Energie Environnement, décembre 2017, n° 6

      La revue est accessible au format PDF

      Lire la suite

PDF

Captage et stockage de CO2Source : Rapport de l’Agence internationale de l’énergie, 30 mars 2017

Selon l’Agence internationale de l’énergie, les technologies de captage et de stockage du CO2 des fumées de combustion de sites industriels devraient jouer un rôle important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La mise en place de ces technologies apparaît d’autant plus nécessaire qu’elle devrait permettre de faire face au caractère à la fois décentralisé et intermittent des énergies renouvelables. D’un côté, le développement des énergies renouvelables dépend des conditions météorologiques, de l’autre, la production d’énergies renouvelables est inégalement répartie sur le territoire.

Deux solutions sont alors envisageables. D’une part, le déploiement des smart grids permet d’acheminer l’énergie produite vers les zones peu pourvues en infrastructures parce que bénéficiant de conditions météorologiques peu propices au développement des énergies propres. D’autre part, le stockage des excédents d’énergies renouvelables permettent de transformer les énergies renouvelables excédentaires en hydrogène ou en méthane de synthèse. Une fois convertie en gaz, l’énergie peut alors être stockée et transportée dans les réseaux. Seul bémol : le coût de production de la filière hydrogène, deux fois plus élevé que celui du gaz naturel…

Toujours est-il que des entreprises ont déjà lancé des expérimentations de stockage. Ainsi, Engie a lancé une plateforme d’expérimentation pour l’injection d’hydrogène, tandis que TIGF et d’autres partenaires ont réalisé, aux côtés de GRTgaz, le démonstrateur Jupiter 1000 pour transformer l’électricité renouvelable en hydrogène et méthane avant de stocker l’énergie produite dans le réseau gazier. Ce projet devrait être mis en service à Fos-sur-Mer dès 2018.